Introduction à la sociologie pragmatique française – conférence de Florence Padovani

Le 8 décembre 2020, Florence Padovani, directrice du CFC, a donné une conférence à l’Université normale de Pékin (BNU) pour une classe d’étudiants en master de sociologie sur le thème de la sociologie pragmatique française. Cette conférence fait suite aux échanges organisés en mai 2019 à BNU par le CFC et l’Ecole de sociologie de BNU. Le CFC avait alors accueilli les sociologues Laurent Thévenot, Romuald Normand, Marc Breviglieri et Camille Salgues pour présenter leurs travaux.

Florence Padovani a d’abord introduit le contexte de la sociologie en France durant la période d’après-guerre, fortement dominée par la sociologie critique de Pierre Bourdieu. La sociologie pragmatique française, contrairement à la sociologie de Pierre Bourdieu, ne se veut pas un propos philosophique sur le monde social et physique, mais se base sur des enquêtes empiriques, de terrain, d’où sa dénomination de sociologie « pragmatique ».

Dans son propos, Florence Padovani ne traitera que des travaux du sociologue pragmatique Laurent Thévenot et de ses disciples. Elle revient d’abord sur le parcours de Laurent Thévenot, en mentionnant l’ouvrage clef faisant rupture avec la sociologie bourdieusienne : « De la justification : les économies de la grandeur » rédigé par Laurent Thévenot et Luc Boltanski et paru en 1991.

Dans un premier temps, Florence Padovani explique plus en détail les différences entre la sociologie critique de Bourdieu et la sociologie pragmatique. La sociologie critique part de deux concepts fondamentaux : la notion de champ et l’habitus. Selon Pierre Bourdieu, la société est une imbrication de champs (politique, économique, religieux etc.) organisés selon une logique propre, et dans lesquelles les individus développent leur habitus, c’est-à-dire un ensemble de prédispositions intériorisées durant la phase de sociabilisation, prédispositions à agir qui influencent les pratiques des individus au quotidien.

Au contraire, la pensée de Laurent Thévenot, quoique prenant ses racines dans la pensée bourdieusienne, étudie des domaines très variés, et se présente comme une voix originale car elle renonce dans sa démarche descriptive et analytique aux figures classiques de la discipline, mais s’intéresse aux circonstances ou aux usages. Cette sociologie s’appuie sur des enquêtes de terrain pour procéder ensuite à une montée en généralité à partir de situations données. Cette création de nouveaux outils conceptuels à partir de l’observation au niveau le plus bas (le familier), dans le tissu des interactions sociales, est très différente de l’analyse plus généraliste de Pierre Bourdieu.

Le modèle proposé par Laurent Thévenot est capable d’envisager la genèse et la pluralité des outils conventionnels qui servent de base aux activités humaines. Ce modèle se concentre sur les moments de dispute, de conflit, de controverse, qu’ils soient publics ou privés, pendant lesquelles les personnes mettent en œuvre des critiques ou des justifications prétendant à une vérité générale. Celles-ci renvoient à des formes de bien commun garantissant la généralisation des arguments.

Florence Padovani explique ensuite que les auteurs ont relevé six principes de justice légitime se référant chacun à une conception dans une cité – six cités sur lesquelles les acteurs prennent appui pour étayer leurs justifications ou leurs critiques : la cité civique, la cité marchande, la cité industrielle, la cité inspirée, la cité domestique et la cité de l’opinion. Celles-ci ne sont pas compatibles, et se dénoncent entre elles, même s’il peut y avoir des compromis entre les différentes logiques et justices. Florence Padovani souligne que les cités, contrairement aux champs bourdieusiens, sont évolutives. Une septième cité a été ajoutée ultérieurement : la cité verte, ou écologique, qui rend possible un nouveau cadre d’évolution au vu de l’importance grandissante du critère écologique dans nos sociétés actuelles.

Dans un second temps, Florence Padovani explique que Laurent Thévenot a également mené des travaux collectifs de comparaison avec d’autres pays tels que les États-Unis, la Russie et l’Allemagne pour soumettre son ensemble théorique à une épreuve comparative. Sa comparaison entre la France et les États-Unis lui a permis de mettre en évidence des différences notables dans la manière de donner de la voix et de porter les justifications, où les individus ne s’appuient pas sur les mêmes cités pour justifier un certain nombre d’attitudes.

Enfin, Florence Padovani termine son exposé en présentant un cas d’étude qu’elle a réalisé avec Laurent Thévenot dans la zone côtière à ouest de la France, cas d’étude portant sur un Plan de prévention face à la montée des eaux dans la baie du Mont St Michel. Ils ont étudié les modes de justification entre les acteurs qui présentent un attachement différent au lieu : les habitants, les représentants du gouvernement, les experts scientifiques etc. On voit dans cette étude une incompréhension réciproque de ces groupes : c’est une mise à l’épreuve, une confrontation des modes de justification, car les réactions des acteurs s’appuient sur différentes cités.

En conclusion, Florence Padovani rappelle le caractère évolutif de l’approche de la sociologie pragmatique, qui met en avant les différents modes de justification et manières de rendre justice. Pr. Padovani a également traité des difficultés de traduction pour rendre le sens exact des termes utilisés par les sociologues français en chinois. Pour cela, elle a été aidée par la traductrice Hu Yu, que nous remercions pour son travail de qualité. Nous remercions également Pr. Zhao Wei pour avoir organisé cette conférence.

Hu Yu (胡瑜) et Florence Padovani

2020年7月20日傅蘭思的讲座:肺炎疫情时期北京居民的日常生活—— 个人空间的突然、激烈缩小

疫情时期的胡同入口

2020年7月20日,中法中心主任傅蘭思(Florence Padovani)参与由巴黎当代与现代中国研究中心 Tania Lementec 举办的“受害地域”演播讲座系列。

首先,傅蘭思录音了她发言的内容,主题为肺炎疫情时期北京居民的日常生活—— 个人空间的突然、激烈缩小。查看下面听听(语言为法语):

之后,傅蘭思与听众能够线上讨论内容。关于“演播讲座系列”的更多信息请点此链接

 

在清华大学苏世民书院傅蘭思副教授的讲座:“从三峡大坝到广东省:三峡外迁移民的故事”

2020年1月6日,清华大学中法社会科学研究中心主任傅蘭思在苏世民书院做了题为“From the Three Gorges to Guangdong – The story of Three Gorges resettlees”的演讲。这次会议简介了傅蘭思副教授(Florence Padovani)在超过15年的时间里从重庆和湖北到广东省和上海的外迁移民进行的研究。她的演讲主要介绍被搬到广东省三水县峣山村的巫山县居民。

起初,傅蘭思副教授回到了建造大坝的项目本身。孙中山(Sun Yat-Sen)曾在1919年设想过该大坝。不过,直到李鹏总理的冲动,工程在1990年代初才开始。工程于2009年完成,于2013年全面投入运营。在湖北修建,但由于水库在重庆市受到了最大的影响,该大坝淹没了20多个市镇。据官方消息,该项目使70万人移民,据专家称,超过了200万人。

长江对于本地人来说非常重要,他们认为长江又是饮食的储备,又创造了与渔业、农业和旅游业相关的工作岗位。因洪水泛滥而也导致死亡,有时被视为神灵。傅蘭思副教授展示了本地当局警告水位上升(海拔170m)的海报照片。她还展示了在山腰上方建起的新村庄的照片,这些村庄最初被设计为在考虑滑坡风险之前为移民提供住房。

接下来,傅蘭思副教授介绍了她在距离三峡大坝一千多公里在广东省的外迁移民村庄峣山进行的实地调查。她展示了村庄的组织结构,将外迁移民与本地人口清楚地分开了。根据家庭人数的不同,为外迁移民建造的房屋有三种尺寸,可是都很相同。最普通的问题是:家庭中未申报的子女以及对补偿的估计有关,在分配这些新房方面出现了很多困难

随后,傅蘭思副教授讨论了社会专家马佩力(Marc Breviglieri)所定义的某个地方的依恋感,以研究这些非志愿移民。该地方有时远离其本老家,并表现出与他们不同的风俗习惯。在“转型”中,即重新安置的背景下,外迁移民的身份出现很多矛盾,在剥夺与依恋之间或在当地与全国规模之间。在某个地方“居住”或“生活”的差异可以说明依恋任何地方的不同方式。

在峣山的研究中,傅蘭思副教授注意到与本地居民的互动很少,甚至对新移民也产生了排斥:不同人群之间的婚姻很少,葬礼仪式也分开等。这导致许多外迁移民返回自己的老家,因此新村逐渐变成了“鬼城”。有些外迁移民还认为回到三峡地区能够获得更多的专业机会,那边已经由关系并他们更多了解商业环境。

最后,傅蘭思副教授讨论了各博物馆中存在的三峡大坝地区人口移动的“官方历史”问题,这遵循了中国共产党的爱国主义路线,并无视了中国外迁移民的经验。博物馆维护社会稳定和统治力合法性的社会政治背景下(托多罗夫 / Todorov)特别提出了“移民文化”的观念。至于外迁移民,他们几乎没有念物(照片,物体等),也没有地方来纪念他们的创伤。

最终,通过与观众的问答,傅蘭思副教授阐明了她的研究方法:在15年的时间里,她主要对几代移民中的外迁移民进行了公开采访。 她还谈到,外迁移民很少参与新安置的决策过程。此外,还存在着问题,即对国家分配给地方当局的款项的津贴额和财务管理不明确。