Vidéo de la conférence de Michel Dobry – « Penser les crises politiques »

M. Michel Dobry

Professeur émérite de sciences politiques à la Sorbonne

Rendre intelligibles des événements critiques tels que, par exemple, les « crises politiques » de 1958 et de 1968 en France, ou celle de 1923 dans l’Allemagne de Weimar, les « révolutions » de 1917 en Russie et de 1979 en Iran, suppose de changer le regard que les sciences sociales portent sur eux. Plus précisément cela requiert de s’attacher à ce qui se passe dans les processus constitutifs de ces événements, c’est-à-dire en particulier à ce que font leurs acteurs, et pas seulement, ni d’abord, à leurs prétendues « causes », à leur étiologie, ou à leurs résultats ou à leurs conséquences plus ou moins lointaines. C’est à cette condition qu’il devient possible d’identifier les propriétés de la dynamique propre à ces processus, dynamique qui tend à s’arracher aux facteurs historiques singuliers qui leur ont donné naissance. Ces événements critiques – ou, mieux, ces conjonctures fluides – apparaissent dès lors sous un jour nouveau, à la fois comme des états particuliers des « structures » des systèmes sociaux complexes dans lesquels ces événements prennent place et comme des logiques de situation originales qui contraignent puissamment les perceptions, calculs et actions de l’ensemble de leurs protagonistes.