« Peut-on moderniser les systèmes de primes dans les entreprises chinoises pour parvenir à un management plus performant économiquement et socialement ? »

Le Centre Franco-chinois de l’université Tsinghua a le plaisir de vous inviter à la présentation de Tang Ziyuan et de Jean Ruffier :

Tang Ziyuan

Doctorant au Centre de recherche en sciences de gestion Magellan de l’iae School of Management, Université Jean Moulin Lyon 3

Jean Ruffier

Professeur au Centre de recherche en sciences de gestion Magellan de l’iae School of Management, Université Jean Moulin Lyon 3

Discutant : Meng Quan, maître de conférences en sociologie du travail à la Capital University of Economics and Business

« Peut-on moderniser les systèmes de primes dans les entreprises chinoises pour parvenir à un management plus performant économiquement et socialement ? »

La Chine a connu un décollage qui a sorti plus de 400 millions de personnes de l’extrême pauvreté en une trentaine d’année. Ce développement s’est appuyé sur une industrie exportatrice de production de masse. Il n’a été possible qu’en reproduisant une organisation de type taylorien. Au bout de ces trente ans de croissance, l’augmentation du coût du travail et le rejet croissant du taylorisme obligeraient les entreprises chinoises à modifier en profondeur leur organisation du travail. Les auteurs ont fait le constat qu’en Chine, l’adaptation de la méthode socio-économique posait des problèmes de compétences, mais aussi, éventuellement, des problèmes politiques. A la suite d’un travail d’observation et d’analyse des coûts cachés dans plusieurs établissements de la ville de Tianjin (port maritime le plus proche de Pékin), un travail d’enquête-action a été engagé sur l’application du système de production Lean comme solution organisationnelle. A Tianjin, le système Lean est différent de son modèle japonais ; il en découle des dysfonctionnements spécifiques. L’idée de cette recherche est d’étudier la question des primes personnelles et collectives existantes afin de voir s’il n’est pas possible de parvenir à une amélioration de la performance économique et sociale en conditionnant l’obtention de ces primes à l’atteinte d’objectifs spécifiques et dont le mode de détermination optimal fait partie des finalités de cette étude.

Jeudi 8 septembre 2016, de 10h à 12h

Université Tsinghua, Mingzhai Building, salle 349A