Venue à Pékin de M. Antoine Lilti

Dans le cadre de son cycle de conférences sur « Les Lumières françaises», le CFC a l’honneur d’inviter M. Antoine Lilti à Pékin du 27 au 31 mai 2013. Antoine Lilti est actuellement directeur d’études à l’EHESS où il donne un séminaire sur l’historiographie des Lumières. Il a dirigé la rédaction de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales. Il est notamment l’auteur d’un ouvrage intitulé : Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle. et d’un article « comment écrit-on l’histoire intellectuelle des Lumières? Spinozisme, radicalisme et philosophie« .

Ses conférences auront lieu au département d’histoire de l’université de Pékin le 28 mai et au département d’histoire de l’université Tsinghua le 30 mai. Elles seront respectivement consacrées à Jean-Jacques Rousseau et aux Lumières dans la pensée de Michel Foucault.

Dans sa première conférence intitulée « Authenticité et célébrité : Jean-Jacques Rousseau et l’espace public des Lumières », Antoine Lilti montrera le dilemme dans lequel est pris « Jean-Jacques » qui, voulant vivre dans l’authenticité et la simplicité, devient par là-même une « star », le premier écrivain à faire l’expérience de la célébrité comme un phénomène culturel. Contrairement à Voltaire qui veut parler à la raison humaine, Rousseau en appelle aux sentiments et à l’exemplarité. Il est ainsi confronté à une curiosité et un attachement qui ne s’adressent pas seulement à ses idées, mais à sa personne. La volonté de mettre sa vie en accord avec ses idées risque alors d’apparaître comme une mise en scène. Et la célébrité qu’elle lui confère finit par lui être intolérable. Cette présentation des contradictions auxquelles est confronté le premier intellectuel « médiatique » devrait intéresser un public d’aujourd’hui, qu’il soit français ou chinois.

a seconde conférence, intitulée « Le diagnostic de la modernité : Michel Foucault et les Lumières », s’attachera à analyser le tournant que prend la pensée de Michel Foucault dans les dernières années de sa vie. Critique radical des Lumières dans les années 1960-1970, Foucault en arrive dans les années 1980 à se réclamer de Kant et de sa conception de l’Aufklärung. Certainement influencé par son débat avec des intellectuels comme Habermas ou Maurice Agulhon, mais aussi par sa participation à la politique en tant qu’intellectuel, le retour aux Lumières de Michel Foucault n’est pas une acceptation pure et simple de la position de ses critiques défenseurs des Lumières, mais une tentative de redéfinition de la modernité. Dans un pays où Foucault, vu à travers le prisme américain de la French Theory, a joué et continue à jouer un rôle important dans le débat entre libéraux et anti-libéraux, entre critiques et défenseurs des Lumières, la conférence d’Antoine Lilti devrait apporter un éclairage utile.

Pour tout renseignement supplémentaire, merci de bien vouloir nous contacter par courriel à : contact@beijing-cfc.org

Table ronde : « La perception de la Chine dans la Françafrique » – Centre Tsinghua Carnegie – 03 avril 2013

In recent years, China has supplanted the United States as Africa’s largest trading partner and claims significant investments in francophone Africa. As China’s footprint on the continent grows along with its domestic energy requirements, its quest for natural resources brings it into contact with varying African governments, companies, and local populations. This presence has naturally resulted in diverse public perception of China in francophone Africa, and holds broader implications for Beijing’s relations with France and on the African continent. The pending roundtable discussion will serve to highlight that public perception and use it as a lens to examine evolving Sino-French relations and China’s presence in Africa more broadly.

The Carnegie-Tsinghua Center for Global Policy and Tsinghua Sino-French Center cordially invites you to attend a roundtable discussion with Professor Jean-Pierre Dozon. The event, “Perception of China in Francophone Africa”, will take place on Wednesday, April 3, 2013, at the Carnegie-Tsinghua Center for Global Policy from 3:30 to 5:30 PM. Carnegie-Tsinghua’s Zhang Chuanjie will moderate the roundtable. It will be open to public and dinner reception will be held at 18:00 p.m. after the discussion.

Professor Jean-Pierre Dozon is a resident historian and anthropologist of Franco-African relations at the School for Advanced Studies in the Social Sciences based in Paris, France. Dozon’s academic foci include the development of Sino-African diplomatic relations and the links between religious movements and state power in Africa.

The Carnegie-Tsinghua Center for Global Policy hopes you will be able to join us at this event. The Carnegie-Tsinghua Center’s contact information and address are attached. If you have any questions, please contact: Liang Xiao 15210563916 Email: cecilialx1991@gmail.com

Working Languages: Chinese, French

Time: April 3, 2013 3:30-5:30 PM

Event: Public Perception of China in Francophone Africa

Discussants (in alphabetical order):

Cai Hua, Institute of Sociology and Anthropology, Peking University

Mao Xiaojing, Chinese Academy of International Trade and Economic Cooperation

Aurélien Boucher, Center of Sino-French Research in Humanities and Social Sciences, Tsinghua University

Sun Xiaomeng, School of Asian and African Languages, Beijing Foreign Studies University

Wang Kun, French Department, Beijing Foreign Studies University

Cycle de conférences « La philosophie des Lumières » : Deuxième conférence « Les Lumières et les mondes extra-européens » par Seloua Luste Boulbina

Conférence au CFC de Mme Seloua Luste Boulbina : « Les Lumières et les mondes extra-européens »

 

Dans le cadre de son cycle sur les « Lumières », le CFC a accueilli le vendredi 28 septembre 2012, Mme Seloua Luste Boulbina pour une intervention sur « Les Lumières et les mondes extra-européens ».

Directrice de programme au Collège International de Philosophie et chercheuse à l’université Paris-Diderot, Mme Luste Boulbina a exposé pendant plus de deux heures la pluralité des points de vue des penseurs des Lumières sur la question de l’universalité des droits humains. A travers l’étude du cas de la révolution des esclaves de Saint Domingue, elle a également montré que l’évolution des Lumières ne pouvait se penser dans une perspective européano-centrée.

Les Lumières, la colonie, l’universalité des droits et de la raison :

Dans la suite de son étude sur « Tocqueville et les colonies », Mme Luste Boulbina a dressé ce constat : « on a tendance à uniformiser la philosophie de l’époque : à effacer les différences et à oublier les points sombres ». Dans ce refoulement inconscient, nous contribuons à faire des penseurs des Lumières des individus aux positions philosophiques homogènes et progressistes sur des questions centrales, telles que la rationalité, l’humanité et l’universalité.

Pourtant, au XVIIIème siècle, les points de vue des Lumières se heurtent. Les indigènes des colonies sont-ils capables d’exercer leur raison ? Appartiennent-ils à la même « espèce » que les hommes « blancs » et doivent-ils, à ce titre recevoir les mêmes droits ? Ces questions qui touchent à l’universalité de la raison politique et donc des droits humains n’entraînent pas les mêmes réponses chez Rousseau, Voltaire ou Condorcet.

Jean-Jacques Rousseau

(1712-1778)

« L’homme est né libre et partout il est dans les fers.»

Mme Boulbina« Pour Rousseau : la liberté est naturelle à l’homme en tant qu’homme, mais ses droits ne sont pas nécessairement conformes à sa nature. Rousseau dénonce ainsi l’écart entre ce que l’homme est naturellement et ce qu’il vit. C’est ce qu’il montre dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes : naturellement égaux, les hommes sont rendus socialement inégaux par la propriété. C’est dans cette perspective qu’il élabore le Contrat social (1762), son œuvre politique principale, dont le sous-titre est : Principes du droit politique. Ce contrat social est un contrat d’association (ou comment former une société) et un contrat de soumission (ou comment former une société politique) de tous à tous. Le peuple est souverain. Lui seul peut exprimer ce que Rousseau nomme la volonté générale. Voilà qui fonde un droit d’un peuple à se gouverner lui-même.

Voltaire

(1694-1778)

 Mme Boulbina :« Voltaire, qui est un défenseur de la liberté de conscience, n’est pas pour autant un contempteur de l’esclavage. A la condition que celui-ci se restreigne aux Noirs, il lui paraît licite. Voltaire ne défend pas en effet la notion de genre humain. Au contraire, il établit, à l’instar de l’histoire naturelle, une espèce de chaîne des êtres qui va des albinos, qui résultent selon lui « d’amours abominables de singes et de filles » aux hommes blancs au sommet de l’humanité. Sa conception est tout à la fois hiérarchisée et racialisée. Mais on retient aujourd’hui davantage son Traité sur la tolérance que son Essai sur les mœurs. On invoque ordinairement de façon rapide et peu savante sa condamnation des sévices infligés aux esclaves dans Candide. Mais il s’agit d’un chapitre rajouté car ces sévices faisaient scandale à l’époque, plus que l’esclavage en tant que tel. »

Condorcet

(1743-1794)

« Quoique je ne sois pas de la même couleur que vous, je vous ai toujours regardé comme mes frères. La nature vous a formés pour avoir le même esprit, la même raison, les mêmes vertus que les Blancs. Je ne parle ici que de ceux d’Europe, car pour les Blancs des Colonies, je ne vous fais pas l’injure de les comparer avec vous, je sais combien de fois votre fidélité, votre probité, votre courage ont fait rougir vos maîtres. Si on allait chercher un homme dans les Isles de l’Amérique, ce ne serait point parmi les gens de chair blanche qu’on le trouverait. »Réflexions sur l’esclavage des nègres (1781)

A l’aube de la Révolution française, les principes des Lumières sont donc interpellés par la colonisation et l’esclavage. Quoique certains philosophes défendent l’indépendance des colonies au nom de l’universalité, le « code noir » reste en vigueur dans les colonies françaises.

« Les Lumières : un produit de la pensée occidentale ? »

Cependant, les réflexions sur la capacité des indigènes des colonies à faire usage de la raison et à s’auto-déterminer traversent rapidement les frontières du continent européen. Les esclaves affranchis de la colonie française de Saint-Domingue, notamment des officiers de couleur ayant participé à la Révolution française, réclament à partir de 1791, l’égalité des libertés et des droits avec les « citoyens blancs ». C’est au nom des principes hérités des Lumières qu’ils mènent cette lutte et obtiennent de l’Assemblée Nationale le droit de vote des esclaves affranchis le 15 mai 1791. Pour Mme Boulbina, la colonie et l’esclavage deviennent alors « des pierres de touche » des Lumières.

En effet, les indigènes de Saint-Domingue s’approprient les Lumières et, par leur lutte à la fois philosophique et militaire, contraignent la Convention à abolir l’esclavage dans les colonies françaises en 1794. Ils obtiennent ensuite l’indépendance de la colonie de Saint-Domingue, au prix de nouvelles luttes armées contre l’Angleterre puis la France. Leur révolution influe ainsi directement sur l’évolution des lois et des modes de pensée de leurs contemporains. Mme Boulbina souligne notamment l’influence de la révolution haïtienne sur le fameux passage de Hegel concernant la « dialectique du maître et de l’esclave » et sur les écrits de l’abbé Grégoire pour qui « les amis de l’esclavage sont nécessairement des ennemis de l’humanité ».

Ainsi, les Lumières ne peuvent être comprises comme un pur produit de la pensée occidentale, mais comme un mouvement de pensée pluriel qui a tout aussi bien servi à la domination des puissances européennes que contre elle. En définitive : « les Lumières, comme tous les autres mouvements philosophiques européens, sont le résultat d’une circulation et d’un échange prodigieux ».

Retrouver l’interview en chinois de Seloua Luste Boulbina réalisée par Cui Weiping sur le site du Nanfang Zhoumo

http://www.infzm.com/content/85280

http://www.infzm.com/content/85278