Compte-rendu de la journée d’étude – 15 ans du CFC

Le 15e anniversaire du Centre de recherche franco-chinois en sciences sociales de l’Université Tsinghua a été célébré le 11 novembre 2017 au cours d’une journée de conférence internationale sur le thème des migrations.

L’événement s’est tenu en présence d’une trentaine de participants, universitaires, étudiants et auditeurs libres.

Après les allocutions d’ouverture de madame Stéphanie Balme, Attachée de coopération universitaire auprès de l’Ambassade de France en Chine, monsieur le professeur Shi Zhiqin, chancelier de la faculté de Sciences sociales de Tsinghua et de Chloé Froissart, directrice du Centre franco-chinois. NN1+wd0oSrisUgOQB3SrOg_thumb_11e1 53sm6uZGRX+wtCJVa3Bo2Q_thumb_11cf

La conférence inaugurale fut donnée par Laure Zhang, professeur auprès de l’université de Genève. Cette présentation a mis en avant les apports théoriques français aux sciences sociales et à la pensée critique, de l’école positiviste jusqu’à Pierre Bourdieu.

V5xUa+jXQ7WVHRHT1nt1nQ_thumb_11d5

La matinée fut consacrée à l’action des États à l’égard des migrants et fut marquée par les interventions d’Éric Florence, directeur du Centre d’Études français sur la Chine contemporaine, et de Wang Jianhua, chercheur à l’Académie chinoise des Sciences sociales. Éric Florence s’est focalisé sur la catégorisation dont font l’objet les migrants internes en Chine et les représentations attribuées et subies. Wang Jianhua s’est quant à lui intéressé à la manière dont les autorités chinoises ont fait face aux manifestations de travailleurs migrants dans le Guangdong.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_11d1 UNADJUSTEDNONRAW_thumb_11e7

La thématique des répertoires collectifs d’actions et des différences entre les syndicats et les organisations non gouvernementales et de leur attitude vis-à-vis des migrants a été développée par la doctorante à l’université de Tsinghua, Liu Yan.

Swanie Potot s’est quant à elle penché sur la participation des migrants aux mobilisations citoyennes à la frontière franco-italienne. Sa présentation a mis en exergue la faible participation des migrants à ces mobilisations collectives, jugées trop éloignées de leurs intérêts immédiats.

MrcpuUAiQWCAHEw+qgGNLg_thumb_11b7

La dernière partie de la journée d’étude fut consacrée aux formes d’intégration, d’appartenance et de citoyenneté vécues par les migrants, dans un cadre plus large. Dominique Vidal, professeur de Sociologie à l’université Paris Diderot à ainsi axé sa présentation sur l’expérience des migrants mozambicains à Johannesburg. Il a notamment démontré que les structures d’apartheid, bien qu’officiellement aboli depuis près de 25 ans, subsistent à l’égard de cette minorité. La xénophobie sud-africaine envers les populations africaines immigrées oblige ces dernières à s’adapter, en se rendant « invisibles ».

bIoZ5ESdRxKdiixNz0Jg1w_thumb_11c0

Chloé Froissart et Cinzia Losavio, doctorante auprès de l’Université Paris 1, ont présenté au cours d’une communication conjointe sur les effets observés de la politique de logement et les réformes du Hukou, le permis de résidence chinois, à Zhuhai (province du Guangdong).

787yJ+y9SVyatndRxMEqQw_thumb_119e

Jin Jun, professeur de sociologie à l’université Tsinghua, a abordé la relation entretenue entre les fonds de prévoyances logement et les travailleurs migrants.

LoMiQ+hiQNmH6V2aiM4O3w_thumb_11b5

Sheng Mingjie, lectrice en sciences de l’urbanisme à l’université de Tianjin, a présenté les résultats de sa recherche sur les caractéristiques sociospatiales des diplômés à faibles revenus. 5y3dbLUISv+PKZv3ihHYvA_thumb_11e9

Le succès de cette journée d’étude a été permis par des échanges riches entre chercheurs français et chinois des différentes des sciences humaines et sociales

Un débat passionné, portant sur l’ensemble des communications de la journée et animé par Chloé Froissart, Guo Yuhua et Jin Jun, a conclu cette journée d’étude.

La traduction-interprétariat de cette journée d’étude internationale a été assurée par madame Li Hua (李华女士).

Seconde conférence de Laure Zhang, La construction européenne : la contradiction du post-national et de la démocratie, mercredi 15 novembre 2017

Logo ZN site CFC

Le Centre franco-chinois en sciences sociales de l’université Tsinghua et le Centre pour les études en sciences humaines et sociales de l’université Tsinghua ont le plaisir de vous inviter à la seconde conférence de Laure Zhang, le mercredi 15 novembre 2017.

La construction européenne : la contradiction
du post-national et de la démocratie

À la fin de la guerre froide, l’Union européenne apparaissait comme la communauté humaine la plus idéale et la plus attirante. Si l’engagement pour la paix perpétuelle sur le continent européen après un second conflit mondial particulièrement violent et meurtrier a été le point de départ de l’établissement par six pays démocratiques de cette structure de coopération économique, la fin de la guerre froide en Europe dans les années 1990 a été le moteur direct pour la création du marché monétaire unique. La réunification des deux Allemagnes a donné naissance à un imaginaire politique rassemblant les Etats européens sur la même base démocratique.

L’idée de créer un gouvernement constitutionnel démocratique post-national basé sur des valeurs fondamentales communes a structuré la philosophie, la politique et la vie quotidienne des habitants de ce continent et des citoyens de l’Union. Mais elle est aujourd’hui confrontée aux grands défis provoqués par de multiples crises survenues depuis 2008 (la crise de la dette, la crise migratoire, le terrorisme, la montée des populismes anti-européens et le Brexit de 2016). Beaucoup d’Européens pensent que le partage de la souveraineté des États membres a affaibli en même temps la base démocratique de l’Union. Certaines critiques voient dans la construction de l’Europe un processus de dé-démocratisation. Dans cette communication, l’auteur analysera cette crise démocratique à partir ses observations et expériences vécues en Europe.

*

ZHANG Ning (Laure), professeure à l’Université de Genève, est historienne du droit chinois, impérial et moderne, notamment de la question de la peine capitale de la Chine. Elle est membre du Centre d’études sur la Chine Moderne et Contemporaine de l’EHESS (Paris) ainsi que des Rencontres Internationales de Genève. Zhang Ning a également traduit de nombreuses œuvres françaises en chinois, notamment « l’Ecriture et la différence » de Derrida.  

Modérateur: Wang Hui, Professeur, Institut des sciences humaines, Université Tsinghua, Directeur de l’Institut des hautes sciences humaines et sociales;

Ce séminaire se tiendra en chinois.

 14:00 – 16:30 
 Tsinghua University, Tushuguan Yifuguan Gaoting
清华大学图书馆逸夫馆告厅

Conférence de Laure Zhang : « L’extension des crimes sexuels sous les Qing et leurs particularités », 14 novembre 2017


Site Laure Zhang

Le Centre franco-chinois en sciences sociales de l’université Tsinghua et la faculté de droit de l’université Tsinghua ont le plaisir de vous inviter à une conférence de Laure Zhang le mardi 14 novembre 2017.

L’extension des crimes sexuels sous les Qing et leurs particularités

Un grand nombre d’études démontre que la Chine est un pays ayant une longue histoire documentant la relation homosexuelle entre hommes. Certains pensent même que « après la dynastie des Han, bien qu’elle soit tantôt mieux acceptée tantôt non, la société chinoise traditionnelle la tolérait à condition que les hommes accomplissent leur devoir de perpétuation de leur lignée». En effet, dans sa longue histoire juridique, la Chine ne présente pas de lois visant spécifiquement les relations homosexuelles jusqu’à la dynastie Qing, où une loi est promulguée pour punir les rapports sexuels consentis entre hommes.

Cette conférence vise à clarifier la nature de cette mesure juridique inventée sous les Qing. Elle sera divisée en trois parties. La première partie mettra en exergue la logique traditionnelle sous-tendant la législation chinoise sur les crimes sexuels avant les Qing. La deuxième partie analysera la particularité et les paradoxes de l’assimilation de la sodomie aux crimes sexuels par le législateur des Qing ; et dans la troisième partie, nous essayerons de souligner que le véritable objectif de cette législation ne visait pas l’homosexualité de manière générale mais seulement certains actes jugés nuisibles à l’ordre social.

*

ZHANG Ning (Laure), professeure à l’Université de Genève, est historienne du droit chinois, impérial et moderne, notamment de la question de la peine capitale de la Chine. Elle est membre du Centre d’études sur la Chine Moderne et Contemporaine de l’EHESS (Paris) ainsi que des Rencontres Internationales de Genève. Zhang Ning a également traduit de nombreuses œuvres françaises en chinois, notamment « l’Écriture et la différence » de Derrida.  

Modérateur: Su Yigong, Professeur à la faculté de droit de l’université Tsinghua.

Mardi 14 novembre 2017
15:15 – 18:00
Tsinghua University, Law Faculty, 6教, B203 教室 
清华大学法学院明理楼内6教 B203 教室

Cette conférence se tiendra en chinois.

Seconde conférence de Loïc Blondiaux, « La démocratie participative en France : un bilan contrasté », 6 septembre 2017

Le Centre franco-chinois en sciences sociales de l’université Tsinghua a le plaisir de vous inviter à une seconde conférence de Loïc Blondiaux le mercredi 6 septembre 2017.


Loïc Blondiaux 罗伊克•布隆迪欧

Loïc Blondiaux est politiste, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et chercheur au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP EHESS/PARIS 1/CNRS). Ses travaux portent sur la participation citoyenne, les innovations démocratiques et l’opinion publique. Il dirige la revue Participations, le master « Ingénierie de la concertation » (Paris I) et a présidé le conseil scientifique du GIS « Démocratie et participation » de 2010 à 2016.Il est membre du conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot et du think tank Décider ensemble, de la Commission parisienne du débat public ainsi que du conseil d’administration de l’Institut de la concertation et de la participation citoyenne. Il a publié notamment La fabrique de l’opinion (Seuil, 1998) et Le Nouvel esprit de la démocratie (Seuil, 2008).


La démocratie participative en France : un bilan contrasté

Depuis le début des années 2000, la législation française reconnaît aux citoyens le droit de participer à l’élaboration des décisions, en particulier dans le domaine environnemental. De nombreux dispositifs (conseils de quartier, Commission nationale du débat public, conseils citoyens, budget participatif, plate-forme de consultation numériques…) ont été mis en place à l’échelle locale ou nationale, qui cherchent à associer les citoyens, de manière plus ou moins directe, aux décisions qui les concernent. Mais le bilan de ces expériences reste cependant très mitigé. La diffusion de la démocratie participative en France se heurte en effet à de multiples obstacles institutionnels, sociaux et surtout culturels qu’il s’agit de comprendre et de décrire. Il s’agira également de réfléchir aux conditions (matérielles et politiques) qui peuvent assurer la réussite de ces démarches.

Discutant: Liu Yu
Professeure associée au département de sciences politiques de l’université Tsinghua

Mardi 5 septembre 2017, de 14h00 à 17h00
Université Tsinghua, Mingzhai Building, salle 315

La conférence sera animée par Chloé Froissart,
Directrice du Centre franco-chinois de l’université Tsinghua.

La conférence se tiendra en français et en chinois (interprétariat consécutif).

Conférence de Loïc Blondiaux : « Les démocraties représentatives à l’épreuve », 5 septembre 2017

Le Centre franco-chinois en sciences sociales de l’université Tsinghua a le plaisir de vous inviter à une conférence de Loïc Blondiaux le 5 septembre 2017 à l’université Tsinghua.



LoicBlondiauxLoïc Blondiaux

Loïc Blondiaux est politiste, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et chercheur au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP EHESS/PARIS 1/CNRS). Ses travaux portent sur la participation citoyenne, les innovations démocratiques et l’opinion publique. Il dirige la revue Participations, le master « Ingénierie de la concertation » (Paris I) et a présidé le conseil scientifique du GIS « Démocratie et participation » de 2010 à 2016. Il est membre du conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot et du think tank Décider ensemble, de la Commission parisienne du débat public ainsi que du conseil d’administration de l’Institut de la concertation et de la participation citoyenne. Il a publié notamment La fabrique de l’opinion (Seuil, 1998) et Le Nouvel esprit de la démocratie (Seuil, 2008).


Les démocraties représentatives à l’épreuve

La démocratie représentative ne fait plus l’objet d’un consensus dans la société française actuelle. Cette forme de régime politique a amplement fait la démonstration de ses fragilités face au terrorisme ou aux courants autoritaires qui traversent la société française, autant que de son inefficacité face aux crises économiques ou environnementales. Face à cette double crise de légitimité et d’efficacité, de nombreuses propositions théoriques et pratiques ont été formulées depuis le début des années 2000 pour renforcer la nature démocratique de la représentation politique. Certains théoriciens promeuvent une représentation inclusive en mesure de concilier représentation et participation à travers la mise en place d’institutions de démocratie continue. D’autres insistent sur la nécessité de diversifier les canaux de représentation par le biais de nouveaux mécanismes participatifs. Loïc Blondiaux évoquera notamment des innovations pratiques qui ont déjà été expérimentées comme les budgets participatifs ou les plateformes de démocratie numérique.

Discutant: Liu Yu
Professeure associée au département de sciences politiques de l’université Tsinghua

Mardi 5 septembre 2017, de 14h00 à 17h00
Université Tsinghua, Mingzhai Building, salle 315

La conférence sera animée par Chloé Froissart,
Directrice du Centre franco-chinois de l’université Tsinghua.

La conférence se tiendra en français et en chinois (interprétariat consécutif).

Seminar : « Terrorism risk and counter-terrorism policies along One Belt One Road » – 8 June 2017

The Tsinghua University Sino-French Research Centre and the Department of International Relations of Tsinghua University are pleased to invite you to a seminar on terrorism risk and counter-terrorism policies along One Belt One Road.

Speakers :

Marc Julienne (INALCO,  French Foundation for Strategic Research)

Shen Xiaochen (Tsinghua University),

Chair :

Shi Zhiqin, Professor and Dean of the International Relations Department of Tsinghua University, co-director of the Tsinghua University Sino-French Research Center

Marc Julienne : « Risk in Terrorism perspective along ‘Belt & Road' »

China’s Belt and Road (B&R) initiatives bring a new momentum and new opportunities for economic development and cooperation among states. However, these initiatives come with many challenges, the security risk ranking among the most prominent ones. With Pakistan, Afghanistan and Central Asian countries in the front line of the Silk Road Economic Belt, the terrorist risk should not be overlooked, especially with the attempts by al Qaeda, the Islamic State, and local jihadist groups to strengthen their foothold in the region. Therefore, China is dealing with those risks through various bilateral and multilateral cooperation frameworks. We will first attempt to assess the risks posed by these terrorist organizations, and then analyze China’s strategy to protect the B&R from those risks.

Marc Julienne

Marc Julienne is a PhD Candidate at the National Institute for Oriental Languages and Civilizations (INALCO, Paris) and Resident Associate Fellow at the Foundation for Strategic Research (FRS) in Paris . He is currently Visiting Scholar at the Shanghai Academy of Social Sciences.

Shen Xiaochen: « The Counter-Extremist Dilemma in Contemporary Europe–from the Perspective of Identity Crisis »

How to deal with an unknown enemy and the urgency of the social extremism and terrorism in contemporary world require all related states to react immediately. However, there is not yet a solid convincing and unanimous explanation of where these threats came from or how it evolved. This research argues that the counter-extremism dilemma has indeed become a more serious security challenge to both ends of the Belt and Road Initiative, which are China and Europe. Such counter-extremism dilemma has also brought about a series of policy problems. From the lens of domestic identity crisis and the European case, this research first discusses the limitations of current counter-extremist/terrorist theories and policies, analyzing the occurrence and escalation of the “cumulative extremism” mechanism. It subsequently explores the basic standards of effective counter-extremist measures.

 Shen Xiaochen

Shen Xiaochen is a post-doctoral researcher at the Department of International Relations of Tsinghua University.

Thursday, 8 June 2017, from 2:00 pm to 4:00 pm

Tsinghua University

Mingzhai Building 明斋楼

Room 349A

The seminar will be held in English and Chinese.

Marion Carrel, « Engagement public et sensibilisation aux problèmes publics : les effets fragiles de la délibération dans les quartiers populaires », Vendredi 14 avril 2017

Le Centre franco-chinois en sciences sociales de l’Université de Tsinghua a le plaisir de vous inviter à une deuxième conférence de Marion Carrel le 14 avril 2017 à l’université Tsinghua .



carrel_photoMarion Carrel

Marion Carrel est Maître de conférences en sociologie à l’Université Lille 3, Centre de recherches ‘Individus, Épreuves, Sociétés’ (Ceries). Membre du comité de rédaction de Participations et de Mouvements, elle est codirectrice du Groupement d’Intérêt Scientifique               « Participation et démocratie ». Elle a notamment publié Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires, Lyon, ENS, 2013 et coordonné avec C. Neveu Citoyennetés ordinaires. Une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Ed. Karthala, 2014.


Engagement public et sensibilisation aux problèmes publics : les effets fragiles de la délibération dans les quartiers populaires

Pour comprendre en profondeur l’usage des processus de délibération, il convient de dresser une ethnographie politique permettant d’identifier les effets de ces processus sur les participants et la sphère publique. Marion Carrel analyse un mécanisme de participation publique mis en oeuvre en France par un intervenant à la fois professionnel et militant auprès d’un petit groupe de fonctionnaires et d’individus marginalisés, dans le but de favoriser la compréhension mutuelle et de sensibiliser aux problèmes publics. Cette ethnographie montre que la délibération opérée dans de petits groupes, plutôt que de simplement créer un consensus et de reproduire les inégalités en termes d’accès aux formes d’expression publique comme cela est souvent montré, peut générer au moins une forme d’engagement politique embryonnaire et favoriser la sensibilisation des quartiers populaires aux problèmes publics. Ces effets relativement fragiles soulèvent la question de la continuité de l’action collective et des transformations institutionnelles générées par les processus de délibération.

Discutant: He Jianyu
Professeur assoocié à l’Institut d’études du marxisme
de l’université Tsinghua

Vendredi 14 avril 2017, de 14h00 à 17h00
Université Tsinghua, Shanzhai Building, salle 306

La conférence sera animée par Chloé Froissart,
Directrice du Centre franco-chinois de l’université Tsinghua.

Elle se tiendra en français et en chinois (interprétariat consécutif).

Conférence de Marion Carrel, « Injonction participative ou empowerment? Les enjeux de la participation », Jeudi 13 avril 2017

Le Centre franco-chinois en sciences sociales de l’université Tsinghua a le plaisir de vous inviter à une conférence de Marion Carrel le 13 avril 2017 à l’université Tsinghua.



carrel_photoMarion Carrel

Marion Carrel est maîtresse de conférences en sociologie à l’université Lille 3, Centre de recherches ‘Individus, Épreuves, Sociétés’ (Ceries). Membre du comité de rédaction de Participations et de Mouvements, elle est codirectrice du Groupement d’Intérêt Scientifique              « Participation et démocratie ». Elle a notamment publié Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires, Lyon, ENS, 2013 et coordonné avec C. Neveu Citoyennetés ordinaires. Une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Ed. Karthala, 2014.


Injonction participative ou empowerment ? Les enjeux de la participation

La démocratie participative se résume bien souvent à de l’injonction participative : une offre institutionnelle descendante et contre-productive pour enrayer la crise démocratique. La participation citoyenne peut cependant être un levier efficace pour régénérer la démocratie, toujours en chantier. Sous certaines conditions, elle peut renouveler les politiques publiques sur un mode ascendant, en s’appuyant sur l’expertise des personnes concernées et la codécision. Elle peut stimuler l’interpellation des institutions et l’émancipation des personnes, en particulier les plus précaires et éloignées de la parole publique. Aujourd’hui, elle peut et doit compter avec de nouveaux partenaires, les acteurs communautaires.

Discutant: He Jianyu
Professeur associé à l’Institut d’études du marxisme
de l’université Tsinghua

Jeudi 13 avril 2017, de 14h00 à 17h00
Université Tsinghua, Shanzhai Building, salle 306

La conférence sera animée par Chloé Froissart,
Directrice du Centre franco-chinois de l’université Tsinghua.

La conférence se tiendra en français et en chinois (interprétariat consécutif).