Appel à contribution : Authentifier la Chine. Gouvernance et mises en valeur à l’heure du patrimoine culturel immatériel

Nouvel appel à contribution pour un dossier de Perspectives chinoises

Authentifier la Chine. Gouvernance et mises en valeur à l’heure du patrimoine culturel immatériel

Coordinateurs du dossier: Guillaume Dutournier (EFEO, Pékin) et Florence Padovani (CFC, Pékin)

Depuis que les autorités chinoises ont adopté en 2004 la Convention de l’UNESCO sur le « patrimoine culturel immatériel » (PCI), la Chine populaire est devenue le lieu d’une véritable fièvre patrimoniale. Venant s’ajouter aux mesures conservatoires mises en place depuis 1950 sur les sites historiques, un nombre toujours plus important de projets et d’initiatives invoquent le « feiyi » (acronyme pour PCI en mandarin) pour tenter de faire reconnaître des pratiques perçues comme traditionnelles et sauvegarder leurs lignes de transmission (Bodolec 2012 ; Maags 2018). Inscrite à l’agenda gouvernemental via une pluralité d’agences, cette valorisation se formule dans l’idiome de la « culture » et du « populaire », mais n’est pas homogène sur tout le territoire et se présente comme un phénomène concurrentiel, rassemblant divers types d’acteurs autour de procédures d’accréditation variées (Smith 2006 ; Madsen 2014 ; Shepherd & Yu 2013). Au-delà de son retentissement au niveau national, ce nouveau discours renforce l’image du pays en imposant la Chine postmaoïste sur la scène patrimoniale mondiale : aujourd’hui fort d’une quarantaine d’items sur les listes PCI de l’UNESCO, l’État chinois confirme son implication dans l’« extension typologique » de la notion de patrimoine, ainsi que sa capacité à enrichir le répertoire commun (Choay 2007 ; Bodolec 2014 ; Maags 2019 ; Bortolotto & Demgenski 2020).

Le phénomène du feiyi suscite depuis une dizaine d’années une abondante recherche en sciences sociales. Divers par leurs objets et leurs perspectives, ces travaux se laissent diviser en deux groupes selon le positionnement qu’ils adoptent par rapport aux acteurs. Dans les travaux que nous dirons « embarqués », souvent le fait de chercheurs chinois, l’expertise savante rencontre sur le terrain des intérêts et des attachements (pour des danses et des musiques, des savoir-faire artisanaux et artistiques, des fêtes rituelles…) qu’elle cherche à orienter en s’impliquant parfois dans l’élaboration de projets locaux (Gao 2006, 2014 ; Cui 2006 ; Shen 2010 ; Li 2014). Selon l’autre approche, souvent mais non exclusivement représentée par les travaux étrangers, les chercheurs s’interrogent sur le rôle du PCI chinois dans le renforcement de la légitimité du pouvoir, ou au contraire sur l’empowerment des groupes impliqués (Graezer 2003 ; Oakes 2013 ; Kuah & Liu 2017) ; d’autres travaux se font l’écho des critiques, de plus en plus fréquentes en Chine, contre la marchandisation de la culture (Bendix 2009 ; Taylor 2014 ; Pal 2009 ; Yan 2017). De part et d’autre, un enjeu plus ou moins explicite est celui du projet normatif de l’UNESCO et de sa potentielle acclimatation en Chine : si, aux yeux de certains, ce projet trouve dans l’exemple chinois une confirmation de son orientation universaliste, d’autres relativisent l’influence de l’Organisation et mettent en avant une vision spécifiquement chinoise du rapport au passé, en vertu précisément de l’importance qu’y occuperait l’« immatériel » (Yan 2015, 2016 ; You 2015 ; Li 2020 ; Su 2020).

En proposant une approche interne mais non exceptionnaliste sur la fabrique du PCI en Chine, ce numéro spécial s’inscrit dans une démarche alternative. Plutôt que d’opposer la Chine au reste du monde, ou le gouvernement à la « société civile », il entend suivre dans la durée – et dans leurs appartenances plurielles – les acteurs et les administrateurs du feiyi, afin de mettre en lumière le système de valeurs hybrides et mouvantes qu’expriment leurs démarches. En Chine comme ailleurs, la requalification des pratiques et artefacts en termes de « patrimoine » apparaît comme un moment critique d’attribution de valeur, où sont mobilisés des cadres et des instances évaluatrices à vocation stabilisante. Ces cadres et ces instances prolongent les institutions et les modes de réflexivité déjà présents dans la société, tout en fournissant des appuis nouveaux pour justifier des réévaluations d’artefacts, de sites ou de pratiques. Le type d’approche récemment développé dans la « sociologie de la valuation » apporte un éclairage précieux sur ces mises en valeur patrimoniales et sur la manière dont elles s’articulent ou se confrontent dans des dispositifs ou des critiques (Heinich 2009, 2017 ; Boltanski & Esquerre 2017).

Dans le cas du PCI chinois, cette approche par l’explicitation des valeurs permettra de faire justice à un aspect encore assez largement sous-estimé jusqu’ici : le fait que la patrimonialisation actuelle repose sur une catégorie traduite, censée prolonger la normativité internationale mais au fond relativement floue, et autorisant sur le terrain quantité d’élaborations et d’appropriations. Le « feiyi » chinois opère à la façon d’un signifiant flottant dont les acteurs sont constamment en train de définir le périmètre et les enjeux selon leur échelle d’action et leur type d’engagement (Ashworth 2011 ; Su 2019). Dans un tel cadre, la question de l’authenticité, quoique écartée de la définition du PCI selon l’UNESCO (la dernière datant de 2004 à Yamato) et jusqu’ici cantonnée en Chine au seul patrimoine culturel matériel, revient régulièrement dans les discours sur l’immatériel pour justifier la recherche d’un équilibre entre continuité et créativité (Zhu 2017 ; Su 2019 ; Maags 2020). Cette vitalité interprétative doit être prise au sérieux car elle fait partie de la dynamique propre du PCI chinois, mais aussi de son hybridité fondamentale, particulièrement manifeste sur des séquences longues. En proposant un suivi prolongé des divers acteurs du feiyi, les enquêtes de ce numéro spécial donneront à voir leur va-et-vient à différences niveaux : entre les instances de gestion du PCI (parfois à l’intersection des différents types de patrimoine) et la pluralité de leurs raisons d’agir ; entre leur volonté d’authentifier des pratiques et leurs efforts pour identifier des « transmetteurs » ; entre les sources plurielles, tantôt empiriques, tantôt quantifiables, de la valeur patrimoniale et les diverses formulations de sa mise en critères et de sa mise en listes. Par cette approche diachronique des mises en patrimoine sous le signe du feiyi, par l’étude de leurs justifications et de leurs narrativisations, on entend favoriser une vision plus fine des logiques d’action et des dynamiques sociales à l’œuvre dans l’effervescence actuelle – ainsi qu’une approche renouvelée de ses potentialités politiques.

Merci d’envoyer avant le 30 juillet un résumé (200 à 300 mots) de votre projet de contribution aux éditeurs du numéro spécial : guillaume.dutournier@efeo.net et florence.padovani@beijing-cfc.org.

Les auteurs retenus seront invités à soumettre leur article pour le 30 septembre 2020.

Vous trouverez plus d’informations sur le format des articles ici.

La publication du numéro spécial aura lieu courant 2021.

Références

Agnew, Neville & Martha Demas (2002), Principles for the Conservation of Heritage Sites in China, Los Angeles, Getty Conservation Institute.

Ashworth, Gregory (2011), « Preservation, Conservation and Heritage: Approaches to the Past in the Present through the Built Environment », Asian Anthropology, 10:1, 1-18.

Blumenfield, Tami (ed.) (2013), Cultural Heritage Politics in China, New York, Springer.

Bodolec, Caroline (2012), « The Chinese Paper-Cut: From Local Inventories to the UNESCO Representative List of the Intangible Cultural Heritage of Humanity », in Regina Bentix & Aditya Eggert, Heritage Regimes and the State, Göttingen, Göttingen University Press, pp. 249-264.

Bodolec, Caroline (2014), « Les enjeux du patrimoine culturel immatériel pour la Chine », Tsanta 19, pp. 19-30.

Boltanski, Luc & Arnaud Esquerre (2017), Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard.

Bortolotto, Chiara (ed.) (2011), Le Patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme.

Bortolotto, Chiara, Demgenski Philipp, Karampampas Panas & Toji Simone, (2020), « Proving participation: vocational bureaucrats and bureaucratic creativity in the implementation of the UNESCO Convention for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage », Social Anthropology, 28 (1), pp. 66-82.

Choay, Françoise 2007 (1992), L’Allégorie du patrimoine, Paris, Seuil.

Du Cros, Hilary & Yok-shiu Lee (eds.) (2007), Cultural Heritage Management in China. Preserving the Cities of the Pearl River Delta, New York, Routledge.

Cui, Jinze, (2018), « Heritage Visions of Mayor GengYanbo, Re-creating the City of Datong », in Christina Maags & Mariana Svensson (eds.), Chinese Heritage in the Making – Experiences, Negociations and Contestations, Amsterdam, Amsterdam University Press, pp. 223-244.

Fresnais, Jocelyne, (2001), La protection du patrimoine en république populaire de Chine 1949-1999, Paris, CTHS.

Gao, Bingzhong (2006), « Yi zuo bowuguan-miaoyu jianzhu de minzuzhi. Lun chengwei zhengzhi yishu de shuangmingzhi 一座博物馆-庙宇建筑的民族志——论成为政治艺术的双名制» (An Ethnography of a Museum-Temple: On the Political Art of Becoming Double-Named), Shehuixue yanjiu, 1, pp. 154-168.

Gao, Bingzhong (2014). « How Does Superstition Become Intangible Cultural Heritage in Postsocialist China? », Positions Asia Critique, 22 (3), pp. 551-572.

Graezer, Florence (2018), « Le Festival de Miaofengshan : culture populaire et politique culturelle », Etudes chinoises 22, 2003, pp. 283-295.

Heinich, Nathalie (2009), La Fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Ethnologie de la France ».

Heinich, Nathalie (2017), Des valeurs. Une approche sociologique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

Kuah, Khun Eng, and Zhaohui Liu (2017), Intangible Cultural Heritage in Contemporary China: The Participation of Local Communities, London, Routledge.

Lai, Guolong, Martha Demas, Neville Agnew (2004), « Valuing the Past in China. The Seminal Influence of Liang Sicheng on Heritage Conservation », Orientations 35 (2), pp. 82–89.

Lai, Guolong (2016), « The emergence of ‘cultural heritage’ in modern China. A historical and legal perspective », in Akira Matsuda, Luisa Elena Mengoni (eds.), Reconsidering Cultural Heritage in East Asia, London, Ubiquity Press (OAPEN Library), pp. 47–85.

Li, Ji, Krishnamurthy Sukanya, Pereira Roders Ana, Van Wesemael Pieter (2020), « Community participation in cultural heritage management: A systematic literature review comparing Chinese and international practices », Cities, 96, pp. 1-9

Li, Li, (2014), « Intangible Cultural Heritage and New Communities of Knowledge Production: An Analysis Based on Village Studies », Positions: Asia critique, 22, (3), pp. 721-740

Madsen, Richard, (2014), « From Socialist Ideology to Cultural Heritage: the Changing Basis of Legitimacy in the People Legal Perspective », Anthropology & Medicine, 21, (1), pp.58–70

Maags Christina, (2018), « Creating a Race to the Top. Hierarchies and Competition Within the Chinese ICH Transmitters system », in Maags Christina & Svensson Mariana, Chinese Heritage in the Making – Experiences, Negociations and Contestaions, Amsterdam, Amsterdam University Press, pp. 121-144.

Maags, Christina (2019), « Struggles of recognition: adverse effects of China’s living human treasures program », Journal of Heritage Studies, 25 (8), pp. 780-795.

Pal, Nyiri (2009), « Between Encouragement and Control – Tourism Modernity and Discipline in China », in Winter Tim, Teo Peggy & Chang T.C, Asia on Tour: Exploring the Rise of Asian Tourism, London, Routledge, pp. 153-169.

Oakes, Timothy (2013), « Heritage as Improvement – Cultural Display and Contested Governance in Rural China », Modern China, 39 (4), pp. 380-407.

Shen, Chen & Hong Chen (2010), « Cultural Heritage Management in China », in Cultural Heritage Management: A Global Perspective, ed. Phyllis M. Messenger & George S. Smith, Gainesville, University Press of Florida, pp. 70-81

Shepherd, Robert J. & Lawrence Yu (2013), Heritage management, tourism, and governance in China. Managing the past to serve the present, New York, Springer.

Smith, Laurajane, (2006), The Uses of Heritage, London, Routledge.

Su, Junjie, (2019), « Understanding the changing Intangible Cultural Heritage in tourism commodification: the music players’ perspective from Lijiang, China », Journal of Tourism and Cultural Change, 17 (3), pp. 247-268.

Su, Junjie, (2020), « Managing intangible cultural heritage in the context of tourism: Chinese officials’ perspectives », Journal of Tourism and Cultural Change, 18 (2) ; pp. 164-186

Taylor, Timothy D. (2014), « New Capitalism, UNESCO and the Re-enchantment of Culture », in Madeleine Herren (ed.), Networking in the International System – Global Histories of International Organizations, Dedrecht, Springer, pp. 163-173.

Wang, Li (2013), La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Son application en droits français et chinois, Paris, L’Harmattan.

Waterton, Emma & Steve Watson (2013), « Framing Theory: Towards a Critical Imagination in Heritage Studies », International Journal of Heritage Studies 19 (6), pp. 546-561.

Waterton, Emma (2014), « A More-Than-Representational Understanding of Heritage? The ‘Past’ and the Politics of Affect », Geography Compass 8/11 (2014), pp. 823–833.

Yan, Haiming (2015), « World Heritage as Discourse: Knowledge, Discipline and Dissonance in Fujian Tulou Sites », International Journal of Heritage Studies, 21 (1), pp. 65-80.

Yan, Haiming (2016), « World Heritage and National Hegemony: The Discursive Formation of Chinese Political Authority », in W. Logan (ed.), A Companion to Heritage Studies, Oxford, Wiley Blackwell, pp. 229-242.

Yan, Hongliang (2017), Heritage Tourism in China. Modernity, Identity and Sustainability, Bristol, Channel View Publications.

You, Ziying (2015), « Shifting Actors and Power Relations: Contentious Local Responses to the Safeguarding of Intangible Cultural Heritage in Contemporary China », Journal of Folklore Research, Vol. 52 (2–3), pp. 253-268.

Zhang, Yanling, Fang Xie, Zhenghuan Li, Xiaohuai Wu (2017), On the Chinese National Cultural Heritages: Tourism Development and Education, Berlin, Wissenschaftlicher Verlag Berlin.

Zhu, Yujie, (2016), « Authenticity and Heritage Conservation in China: Translation, Interpretation and Practices », in K. Weiler & N. Gutschow (eds.), Authenticity in Architectural Heritage Conservation, Transcultural Research, Heidelberg Studies on Asia and Europe, Springer, 2017, pp. 187-200.

Contrat doctoral en démographie (Curapp – Ined, en collaboration avec Hong Kong HKUST)

Exploitation des enquêtes Générations et genre et participation à la préparation de nouvelles enquêtes sur les comportements familiaux en Europe et en Asie

Un contrat doctoral est ouvert pour exploiter les données des enquêtes du programme Générations et genre (GGP) et participer à l’extension du programme à l’Asie.

Le Generations and Gender Programme est un réseau d’instituts européens de recherche dont le but est de réaliser des enquêtes internationales comparatives sur les dynamiques et les relations familiales (https://www.ggp-i.org). Une importante communautés de chercheurs participe au programme GGP ou exploite les données des enquêtes Generations and Gender Surveys (GGS) qui sont mises à disposition. Un nouveau programme de réalisation d’enquêtes se met en place, en Europe mais également dans des grands centres urbains en Asie.

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et son centre à Hong-Kong, le Centre d’études français sur la Chine contemporaine, CEFC) financent un contrat doctoral de 3 ans sur le projet. La/le candidat∙e retenu∙e bénéficiera d’un contrat doctoral de l’université de Picardie Jules Verne, sera affecté∙e au Centre Universitaire de Recherches Administratives et Politiques de Picardie (Curapp), et accueilli∙e à l’Institut national d’études démographiques (Ined), avec une co-direction de thèse à l’université de Science et technologie de Hong Kong (HKUST).

Les recherches doctorales porteront sur quatre aspects, à discuter avec les candidats :

  1. Une analyse des enquêtes Générations et genre
  2. Des comparaisons entre l’Europe et l’Asie
  3. La participation à la mise en place du programme GGP en Asie, notamment en vérifiant la pertinence et la compréhension des questions des GGS dans des contextes urbains en Asie. Cela pourra se faire à partir de rencontres d’experts, de focus groups, d’entretiens approfondis.
  4. La participation à la préparation de la nouvelle enquête GGS en France.

Les deux premiers aspects constitueront l’essentiel du travail doctoral ; ils concernent des données déjà existantes, sur un ou deux sujets de recherche, comme les rapports entre les rôles sexués et la fécondité dans différents contextes de politique sociale, les relations entre statut légal des couples, risque de rupture et fécondité (dans différents milieux sociaux définis pour les hommes et les femmes), ou encore les évolutions des solidarités entre générations dans des sociétés vieillissantes. Le troisième point correspond à une participation active au projet GGP en Asie. Des séjours sur le terrain – en Thaïlande, à Taiwan ou en Chine du Sud pourront être réalisés, de même que des séjours de recherche à Hong Kong. Enfin, le quatrième point est conditionné à la réalisation d’une enquête en France pendant la durée du contrat doctoral.

La/le candidat∙e est titulaire d’un Master 2 en démographie, statistique, sociologie, ou une discipline proche. Il n’y a pas de condition de nationalité, mais il est nécessaire de savoir travailler et écrire en anglais et en français. La connaissance d’une langue d’Asie (chinois ou thaï) sera appréciée.

Coordinateurs:

  • À Hong Kong : Prof. Stuart Gietel-Bastel, Associate Dean (Research), School of Humanities and Social Science; Professor, Divisions of Social Science and Public Policy, The Hong Kong University of Science and Technology.
  • À Amiens : Nathalie Le Bouteillec, Professeure de Démographie, Université de Picardie Jules Verne (UPJV) et directrice du CURAPP.
  • À Paris : Laurent Toulemon, directeur de recherche, Institut national d’études démographiques (Ined).

Contrat doctoral de trois ans, à partir de mai 2020.

Merci d’envoyer avant le 31 mars 2020 un dossier comprenant un CV, une lettre de candidature d’une ou deux pages, votre mémoire de Master et au moins une référence à toulemon@ined.fr, sgb@ust.hk et nathalie.lebouteillec@u-picardie.fr. N’hésitez pas à nous contacter pour toute question relative à votre candidature.

Le dossier de candidature doit impérativement être téléchargé sur la plateforme de recrutement du CNRS www.cnrs.fr. Nous vous contacterons dès que l’information complète sera disponible sur cette plateforme.

Les candidat∙es seront auditionné∙es par Skype le 8 avril 2020.